contact : gaelle.simon@live.fr


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/35/d555955374/htdocs/test/wp-content/plugins/mkdf-instagram-feed/lib/mkdf-instagram-api.php on line 242
© Gaëlle Simon

Reportage aux confins de l’Université

Début 2022, j’ai eu l’opportunité de retourner sur les traces de mes projets pas : à l’Université Côte d’Azur. C’est ici que sont nés mes premiers projets et mes premières expositions, que j’ai rencontré des personnes importantes à mon coeur et à mon destin. Quand la Fondation Université Côte d’Azur m’a proposé en février de réaliser ce reportage pour leur nouvelle brochure, c’était, secrètement, un rêve qui se réalisait.

– Extrait de mon article pour le site de la Fondation –

à lire en totalité sur ce lien

« Le 24 février 2022, j’ai commencé un long reportage de plus de 20 shootings photo pour la Fondation Université Côte d’Azur. Retour sur une aventure à la rencontre d’univers d’excellence.

L’université a été le berceau de mes premières réalisations et de l’artiste que je suis devenue, le lieu où mes nouveaux rêves sont nés et ont commencé à se réaliser, puis celui de rencontres inoubliables qui ont forgé mon destin.

Je me souviens de mes années universitaires avec joie, fierté et beaucoup de nostalgie, je dois l’avouer. Ce furent pour moi les années où celle que je suis aujourd’hui a réellement vu le jour. Un terrain infini de création, de projets, d’ambitions et d’espoir. J’aimais le mélange culturel de mon campus, Carlone, et la richesse de ses échanges, mais j’aimais aussi visiter et rencontrer d’autres étudiants, sur d’autres campus – mon engagement associatif m’y invitait –, m’enrichir de tous ces univers si différents et pourtant regroupés sur un même territoire. Que ce soit par mes études ou mes années d’engagement étudiant, l’université restera pour moi et pour toujours la période magique où “tout a commencé”.

Alors, quand la Fondation Université Côte d’Azur m’a proposé de réaliser une vingtaine de shootings pour sa brochure et de partir à la rencontre de chercheurs, professeurs, étudiants, artistes, chefs d’entreprises qui font et portent les projets d’Université Côte d’Azur, et ce pour les mettre en lumière, mon coeur a fait un bon. C’était un rêve secret qui se réalisait. Le bonheur de retourner sur les lieux de ma vie étudiante, de rencontrer – de nouveau et encore plus profondément – la passion et l’expertise dans des domaines si riches et variés. C’était l’occasion d’utiliser ma passion et mon savoir faire au profit d’un sujet cher et précieux à mon cœur et à mon histoire. L’aventure pouvait commencer.

Et elle n’a pas trahi sa promesse, cette aventure. Des studios de danse de Rosella Hightower aux blocs opératoires du CHU de Pasteur, en passant par les différents campus d’Université Côte d’Azur, puis en faisant un petit détour par le festival CanneSeries, je ne sais pas si l’on peut dire que j’ai vu du pays, mais j’ai découvert des centaines de mondes inédits.

Ce fut un défi, à chaque fois, de trouver l’angle, la lumière, le cadrage en quelques minutes pour mettre en lumière la personne photographiée, son projet, son travail et son expertise, tout en respectant sa personnalité et en rendant une image esthétique et vraie. Un défi dont je me délecte à chaque fois. A travers mes photographies, je cherche toujours à donner à voir la personne photographiée telle qu’elle est, sans la transformer, mais en la mettant en valeur, en la sublimant et en racontant son histoire. Je veux qu’en un clin d’œil, sans besoin de texte, on comprenne et on entre dans son univers. J’ai essayé, au mieux, de relever ce défi.

Aujourd’hui, la brochure est sortie. C’est le fruit de toutes ces rencontres et de ces milliers de clichés. Et parmi ces milliers de clichés, j’en ai sélectionné dix en particulier. Les dix images phares de ce reportage. Je vous raconte.

 

Pour découvrir ma sélection d’images, c’est ici.

Et pour découvrir la brochure de la Fondation UCA, cliquez ici.

 

Post a Comment

commodo Praesent id at Aliquam dolor. lectus ut quis, id, Lorem